Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Publié le par yanike-kayak

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Samedi 7 septembre 2019

Les photos non signées Pascal J - Yanike Kayak sont de Jean Drouglazet.

Fin mars, avec le club de Plouhinec, nous avions été accueillis par le club des Corsaires malouins, pour une balade sur la Rance fluviale (voir article ci-dessous).

Lors de nos échanges, certains avaient évoqué le désir de découvrir nos pratiques de roll groenlandais.
Avec Roland, nous avons donc organisé ce week-end autour de trois thèmes : l'Odet, la baie de Concarneau et le roll groenlandais.
Patrice et Anne, Daniel, Pascal H, Christian, Jean-Philippe et Roland, tous adhérents aux Corsaires malouins, ont répondu à l'invitation.
Au pied du fort du Coq, à Bénodet, nous retrouvons Jean, Anne-Marie, Christine, Lionel, Cécile, du club de Plouhinec et Julio, un jeune équatorien hébergé chez Lionel et Cécile.
Pour Julio, c'est la première expérience en kayak de mer. Le kayak n'est pas pratiqué par les équatoriens.
L'effectif du club de Plouhinec est un peu réduit car ce même week-end, le CDCK29 (comité départemental) organise, avec l'aide du CN Plouhinec, une sortie à l'île de Sein pour les clubs du Finistère.
Mais comme dit Hugues : "les grands clubs peuvent proposer à leurs adhérents plusieurs activités un même week-end !"

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Le temps est idéal, soleil et peu de vent.
La marée est haute à 12h02 à Bénodet (12h30 à Quimper), nous aurons peu de courant avec un coefficient 42.
Nous embarquons vers 10h00.
Pour Julio, les premières minutes sont un peu délicates, il faut s'habituer au kayak et apprendre à pagayer.
Lionel et Jean le soutiennent, et Pascal H révise son espagnol !
Nous passons rive droite pour admirer les jolies propriétés de Sainte-Marine.
Ce séduisant petit port de pêche et de plaisance se love entre mer et estuaire, entre criques rocheuses et bouquets de pins.

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Nous passons entre les nombreux bateaux encore au mouillage et échangeons quelques mots avec des pêcheurs.

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Longeant les parcs à huitres, nous arrivons au pont de Cornouaille.
Long de 620 m et haut de 70 m, ce pont relie Bénodet à Combrit Sainte-Marine le 15 mai 1972.
Un péage est mis en place (de l’ordre de quelques francs) ; il ne fut supprimé que fin 1987.
Au début du XIXe, un simple canot assure le transport des piétons, puis le bac « charretier » après 1817, jusqu’à son naufrage en 1902.
En 1911, le premier bac à vapeur transporte plusieurs véhicules grâce à un système de traction par chaînes mouillées.
Après plusieurs péripéties, dont un naufrage en 1929, et sa destruction par les Allemands en août 1944, l’ouverture du pont de Cornouaille sonne la fin du bac historique.

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Sur un ponton, les plates multicolores annoncent la fin de la saison estivale.

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Nous naviguons encore dans une forêt de bateaux ...

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

... mais bientôt la paysage s'éclaircit et nous apprécions la calme de la rivière.

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Nous arrivons devant le manoir de Kérouzien.
Ce manoir et son parc de 12 hectares, situés sur la commune de Plomelin, peuvent accueillir mariages, dîners, événements de famille ou séminaires.
Du château de Kerouzien, seule la légende d’un beau jeu subsiste.
La rumeur raconte que le propriétaire du Kerouzien, l’a perdu à un jeu de carte dans un salon parisien. Sans oublier qu’il avait déjà joué la main de sa fille avant son château !

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Nous poursuivons notre balade dans cet univers verdoyant.

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Nous voici devant les thermes romains de Perennou.
Ce bâtiment destiné aux bains privés et à la toilette est associé à la villa de Gorre Bodivit, dite du Pérennou. Les thermes sont situés à 450 m en contrebas de cette habitation.
Cette maison des thermes, qui date du IIe ou du IIIe siècle, servait de lieu de convivialité, où se discutaient des affaires en prenant un bain.
Ce bâtiment a été découvert en 1833, par Mgr du Marallac'h, mais ce n'est qu'en 2010 que s'est réalisée la restauration.

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Photos :  Patrice Stiegler
Photos :  Patrice Stiegler

Photos : Patrice Stiegler

Le bain romain (voir schéma ci-dessous), basé sur le principe de l'alternance du chaud et du froid, peut être précédé d'exercices sportifs réalisés sur l'esplanade aménagée entre le bâtiment et l'Odet.
Après un passage par le vestiaire (apodyterium [1]), le baigneur traverse la salle froide (frigidarium [2]) pour se rendre directement dans la salle tiède (tepidarium [3]), chauffée à 20-25°C.
Dans cette salle sont effectués les massages et soins (les ustensiles nécessaires sont entreposés dans une pièce de service [6]) avant de pénétrer dans la pièce chaude (caldarium [4]).
La température atteint les 50-60°C.
Cette pièce humide favorise la sudation et dispose d'un bassin d'eau chaude [4a] pour les aspersions.
Ces deux salles en enfilade sont chauffées par une pièce technique (praefurnium [5]).
Le baigneur revient ensuite sur ses pas et termine son circuit par la pièce froide [2] et sa baignoire d'eau froide [2a] avant de regagner le vestiaire [1]

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Nous passons sur la rive gauche, et arrivons devant un ponton.
Celui-ci a une histoire, c'est ici qu'Eric Tabarly amarrait son Pen-Duick, son yacht de la fin du XIXe siècle, acheté par son père en 1938, rénové par Tabarly lui-même en 1958.
Entre 1978 et 1979, le célèbre marin fit construire sa maison sur un terrain qui borde la rivière, sur la commune de Gouesnac'h.
Les pierres proviennent d’une bâtisse de Baud (56), sur les bords du Blavet, à 120 km de là. Xavier Joubert, le concepteur de Pen-Duick 6, se charge de numéroter et de les transporter.
Résultat : une façade de 37 mètres de granit, un toit de chaume, un escalier extérieur sans rampe, et un grenier de 30 m parce que, précise Xavier Joubert, « il avait un vieux mât à caser et qu’il ne voulait pas le faire coucher dehors… ». .

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Nous apprécions le calme et la sérénité de cet environnement, seulement perturbé par le passage des vedettes de passagers venant de Quimper.

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Notre jeune ami Julio est maintenant plus à l'aise dans son kayak. Il nous accompagne sans problème.

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Nous entrons dans les Vire-Court.
Le lit de la rivière s'y referme fortement, et ce rétrécissement est suivi par des coudes très prononcés.
Au XVIIème siècle, une flotte espagnole remonta l'Odet, dans le but de s'emparer de la ville de Quimper.
Arrivés devant les coudes, ils eurent l'impression que la rivière s'arrêtait à cet endroit, puisqu'ils ne voyaient que les falaises surmontées des zones boisées des deux rives.
N'oublions pas que la navigation se faisait à la voile, et que les manoeuvres sur la rivière étaient délicates, surtout s'il fallait remonter contre le vent.
La flotte rebroussa chemin.
Depuis cet épisode, on nomme cet endroit les Vire-Court.

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

En remontant la rivière, nous découvrons plus facilement les magnifiques châteaux qui nichent sur ses rives.
C'est notamment le cas du château de Kerambleiz, sur la commune de Plomelin.
Son nom signifie en breton "la maison du loup", il est de style néo-gothique, construit par Étienne Roussin, ingénieur des Arts et Manufactures, fils de Victor-Marie Roussin, peintre et châtelain de Keraval.
Étienne Roussin fit dessiner autour de son château un parc paysager romantique d'une superficie d'une vingtaine d'hectares dominant l'Odet, agrémenté d'un temple, d'un bassin, de rochers et desservi par un débarcadère.
Des traces d'occupation romaine du site furent découvertes lors de l'aménagement du parc.
Devenu maire de Plomelin de 1882 à 1912 (sauf en 1887-1888), il fut aussi député du Finistère entre 1885 et 1889. Il vécut avec son épouse et ses 8 enfants à Kerambleiz jusqu'en 1901, année où il vendit Kerambleiz au marquis René Alexandre de Plœuc pour s'installer au château de Kerdour.
Kerambleiz fut revendu après la Première Guerre mondiale à la famille Audren de Kerdrel.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, le château de Kérambleiz abrita des activités clandestines du réseau Johnny.
En 1980 Kerambleiz fut racheté par la famille Alterio qui y organise depuis des réceptions et loue des gîtes meublés. .

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Un kayakiste vient à notre rencontre. Il s'agit de François, avec qui nous avons rendez-vous à Pors-Meillou, pour une info sur le roll groenlandais.
François navigue sur un magnifique kayak "bois et toile" de sa fabrication.

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Sur notre gauche, nous apercevons une maison originale, située au bord de l'eau.
C'est la plus vieille maison au bord de la rivière (elle a été rénovée), elle ressemble à un repère de chercheurs d’or...c'est vrai que dans cet environnement verdoyant, on se croirait facilement au Canada.

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Sous un soleil radieux, nous arrivons à Pors-Meillou, où nous débarquons sur la petite plage de sable, près de la cale.

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Pors Meilhou était autrefois un petit port qui servait au débarquement des marchandises, notamment le sable des Glénan.
On y trouvait aussi des moulins (Meilhou), mais ceux-ci ont disparu.
Près du quai, on aperçoit la façade de l'ancienne maison qui servait de buvette aux marins, et qui a aussi servit d'abri pour les douaniers.

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

François nous explique le roll groenlandais, et fait une démonstration, malgré une douleur en haut de la jambe.
Chapeau l'artiste !

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Nous pique-niquons sur la cale, puis nous repartons en direction du nord.

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Nous remontons la rivière et on se glisse entre deux rives boisées, dans un affluent.
Il n’y a jamais beaucoup de vent ici puisque les rives (boisées toujours) sont assez escarpées.
Il faut regarder à droite sur la rive Est, et bien écarquiller les yeux. Car on a vite fait de rater le confluent et de se retrouver au milieu de la baie de Kerogan .
L’entrée de l’anse de Saint-Cadou est nichée dans les bois, et elle ne fait que 30 mètres de large tout juste.  Ici on pourrait se croire en pleine forêt, et on ne risque vraiment pas d’être dérangé !

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Dans ce cadre verdoyant nous observons quelques oiseaux.
Un héron sur la berge s'interroge s'il doit s'envoler.

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Un bon kilomètre en amont de la minuscule entrée de l’anse, on tombe sur le confluent avec l’anse de Toulven, un affluent de Saint-Cadou, qui part vers la gauche au nord-est (et rejoint les faubourgs de Quimper).
A droite, le ruisseau de Saint-Cadou mène au niveau du château de Penfrat (qui se trouve sur la rive sud).
Nous prenons l'option Anse de Toulven.

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Nous naviguons tant que la hauteur d'eau nous le permet, vers le fond de l'anse de Toulven.
Au fond de l'anse, derrière une haie d'arbres, se trouve une ancienne carrière d’argile longtemps abandonnée qui est aujourd’hui revalorisée en espace de loisirs où l'on peut notamment pratiquer le wakeboard.

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Nous faisons demi-tour et descendons la rivière avec le courant.

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Nous arrivons à Bénodet, où nous passons rive gauche.
Les vedettes de l'Odet débarquent les touristes rentrant des Glénan.

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Nous admirons les petites plages de l'estuaire, le phare ...

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

... et un curieux bâtiment en forme de paquebot, appelé le Minaret.
Voici son histoire, racontée par l'office de tourisme :

"Lorsque le docteur Boyer décide de construire sa villa à Bénodet en 1926, le pacha de Marrakech, El Glaoui, soigné par ce dernier, décide de lui offrir une dizaine d’ouvriers dans le but de faire la décoration intérieure.
La villa qui porte le nom de Ker Magdalen, prénom de son épouse, est une architecture unique. En effet, à l’époque, il y avait sous la tour, une chambre appelée la « Chambre du Pacha » qui était soigneusement décorée de mosaïques. Sans oublier le hammam qui se trouvait au sous-sol.
Les extérieurs sont également très élégants, dessinés par un architecte de réputation internationale, Monsieur Laprade.
Les galets noirs et blancs de Treguennec, ainsi que les galets roses de Ploumanac’h bordent la piscine et forment la fontaine.
Après quelques années, le professeur Boyer rehaussa la tour afin d’obtenir une vue imprenable sur la côte et jusqu’à la pointe de Trévignon.
La villa du professeur Boyer, mort en 1951 et sans enfants, fut par la suite achetée par M et Mme Lozach. Ce couple en fait un hôtel-restaurant.
L’hôtel s’appelait « Le Minaret », quant au restaurant, il est toujours présent, c’est l’actuel l’Alhambra. C’est depuis ces année-là que l’on appelle ce bâtiment unique en son genre, « Le Minaret ».
Aujourd’hui, le Minaret est une propriété privée"

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Nous sortons de l'Odet et revenons sur la plage du Trez.

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Un des objectifs du week-end était un initiation au roll groenlandais.
Après une petite démonstration, je propose donc aux Corsaires volontaires de rentrer dans le vif du sujet.
Le premier roll travaillé est le standard greenland roll, c'est un roll où l'on part sur l'avant du kayak, et on sort  sur l'arrière, en utilisant le haut du corps comme un flotteur et en opérant une rotation (sweep) avec la pagaie à la surface de l'eau.
La pédagogie consiste à expliquer la philosophie du mouvement : être le plus détendu possible et ne pas forcer.
L'enseignement du standard greenland roll se fait en commençant par la fin du mouvement, puis, étape par étape, en remontant vers le début du mouvement.
L'intérêt, c'est qu'en exécutant le mouvement normalement, on exécute des phases déjà connues, puisqu'on les a travaillées précédemment.
Les vidéos suivantes, que vous pouvez retrouver dans la rubrique Rolling ou Vidéo de ce blog, illustre le mouvement.
 

Je coache tour à tour Patrice, Pascal, Jean-Philippe, Christian, Daniel et Anne.
J'utilise un avataq, version moderne d'un flotteur de chasse en peau de phoque, utilisé par les Inuits.
Avec ses multiples prises, c'est un excellent outil pour apprendre les premières étapes du roll, car il permet de roller lentement tout en se concentrant sur les mouvements du corps.
L'avataq inuit originel se présentait sous différentes formes et tailles et constituait un dispositif de chasse et de sécurité très important.
Certains avaient deux chambres gonflables afin d'équilibrer la pagaie sur le flotteur avec une chambre de chaque côté afin que l'avataq ne se retourne pas.
Les chasseurs modifiaient la quantité d'air dans l'avataq en fonction de la taille de la proie.

Au fil de l'apprentissage, chacun découvre la technique pour redresser le kayak, puis se hisser dessus, et ce de manière très douce.
En résumé, on va chercher la "zénitude", plus on est détendu, plus on a des chances de réussite !
Ce qui est valorisant dans cette méthode, c'est que chacun, tendu au départ, se décontracte peu à peu et découvre rapidement ses progrès.
A tel point que certains acteurs, pas très chaud pour se lancer, ont eu envie d'essayer en voyant ce qu'avaient réalisé leurs amis, et ont été surpris par leur rapides progrès !

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Roland s'est chargé du reportage photo, merci à lui.
Petite sélection des Corsaires malouins à la découverte du roll groenlanais :
Patrice :

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Pascal :

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Jean-Philippe :

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Christian :

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Daniel :

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Anne :

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Une fois l'atelier lancé, le travail se poursuit en binômes.
Merci à Jean pour son aide.

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Quelques clés à retenir pour réussir le standard greenland roll (vus lors de cet atelier) :
- être détendu
- les deux épaules bien à plat sur l'eau (si une épaule est plus basse, on coule !)
- la tête bien en arrière
- redresser le kayak (par un mouvement de hanche et de jambe) avant de remonter dessus
- c'est la jambe la plus proche de l'eau qui travaille, la jambe "d'en haut" est libre
- la tête sort de l'eau en dernier
- arquer le dos lors de la remontée sur le kayak
Ces éléments concerne la fin du mouvement.

Le temps passe, il est 19h00.
Nous rangeons notre matériel et partageons gâteaux et thé.
Nous félicitons Julio pour sa performance du jour : découverte du kayak et remontée et descente de l'Odet, cela lui fera un bon souvenir quand il rentrera en Equateur.
Nous quittons les amis de Plouhinec.
La soirée se poursuit avec les Malouins à mon domicile.
Soirée inoubliable car nous avons dans le groupe d'excellents musiciens :
Jean-Philippe (guitare), Christian (guitare et harmonica), Roland (guitare et harmonica), Jean (accordéon).

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais
Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

Patrice sera le maître du ty punch :

Des Corsaires sur l'Odet, à la découverte du roll groenlandais

On voudrait que cette soirée ne se finisse pas ...
Mais demain nous avons la suite du programme : la baie de Concarneau.
Cette journée restera dans les mémoires  : méteo idéale, meilleure qu'annoncée, convivialité, amitié, découverte de sites et de paysages enchanteurs, partage de talents (et nos amis malouins sont très forts sur le sujet !)
On en redemande ...

A suivre ...

Publié dans Rando Bretagne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article