Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)

Publié le par yanike-kayak

Tro Pen Ar Bed en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu.

Jeudi 28 juillet:

Neuvième et dernière étape de notre Tour du Finistère en kayak de mer.
(les photos non signées "Pascal J - Yanike Kayak" sont de Jean Drouglazet)
Après une bonne nuit réparatrice des émotions de la veille (voir article précédent), et qui fut seulement interrompue par les voix des stagiaires de l'école de voile passant près de notre campement vers minuit, nous voilà parés pour boucler cette superbe aventure.

Ce matin, le temps est maussade, mais il ne pleut pas. Un léger vent d'ouest est annoncé, la mer est calme.
Nous rangeons notre matériel, prenons notre petit déjeuner, et quittons l'île de Penfret vers 10h00.

Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)
Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)
Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)
Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)
Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)
Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)
Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)
Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)

Avant de partir pour cette dernière étape, Jean mémorise l'état de "nos tronches".

Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)
Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)
Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)

Au départ, la brume masque encore le phare de Penfret.

Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)

La première partie de notre parcours du jour nous mènera vers l'île Verte, sur une distance de 9,31 milles que nous ferons en 2h20.

Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)

Jean reprend ses essais pour faire fonctionner sa voile, mais sans succès.

Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)

Jef et moi avons pris un peu d'avance, et nous décidons de faire le tour de l'île Verte.

Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)
Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)

L'île est inhabitée.
Sur l'île fut construit un amer, qui à l'origine était peint en blanc.
Il fut utilisé pour réaliser des triangulations au compas de relèvement depuis le large.

Nous accostons sur un petit banc de sable, Jean nous rejoint.
Ici, avec cette hauteur d'eau, les rochers dominent.

Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)
Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)

Nous pique-niquons.
Nous apercevons le continent, au nord, l'île et la plage de Raguenes, et au nord-est, l'embouchure de l'Aven.

Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)

Nous repartons de l'île Verte vers 13h50 pour une navigation de 8,7 milles qui nous mènera au Pouldu, terme de notre tour du Finistère.

Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)

Nous longeons la côte, en passant devant les petits ports: Port Manech et l'embouchure de l'Aven, Brigneau, Merrien, Doelan.

Nous croisons de rares navigateurs.
Certains, avec qui nous échangeons, sont surpris, et admiratifs, de notre aventure.

Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)
Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)
Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)

Nous arrivons bientôt en vue du Pouldu.

Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)
Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)

La hauteur d'eau et les bancs de sable à l'embouchure de la Laïta ne rendent pas facile le repérage sur l'eau, mais nous trouvons sans difficulté l'entrée de la rivière.

Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)
Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)

Nous devons remonter la rivière à contre-courant.
Nous utilisons les contre près de la berge, mais l'effort reste intense.

Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)

Nous accostons à la cale devant l'Hôtel Restaurant du Pouldu.
Avant de débarquer, Jef et Jean font un esquimautage.
Les curieux présents sur le quai applaudissent.

Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)
Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)
Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)

Des kayakistes ont débarqué un peu avant nous, ils avaient loué des kayaks au club de Quimperlé pour descendre la Laïta.
Nous échangeons avec Vincent, moniteur du club qui vient récupérer le matériel et les kayakistes, il accepte de faire la photo souvenir.
Nous montons nos kayaks sur le quai et nous les vidons.
Les promeneurs sont surpris de ce que nous pouvons embarquer dans nos kayaks.
Certains nous interrogent sur notre périple.
Beaucoup sont admiratifs, et envieux !

Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)

Robert et Bernadette, un couple du 93 en vacances dans la région, nous offre un pot, et veulent en savoir plus.
Robert est photographe amateur, il nous enverra quelques clichés.
Nous partageons notre aventure avec eux, en attendant nos chauffeurs, Joachim, le fils de Jef, et Kevin, mon plus jeune fils.

Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)
Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)

Voici donc l'heure du bilan :

Nous avons vécu une superbe aventure, maritime et humaine, pleine de découvertes, de partages, de rencontres, dans des lieux absolument magnifiques.
Nous avons bénéficié d'une météo exceptionnelle, idéale pour la pratique de la randonnée en kayak.
Initialement, nous avions prévu ce parcours, de Locquirec au Pouldu, en 11 jours, en incluant 2 jours de repos (repos pour se reposer, où à cause de météo défavorable).
Finalement, notre forme quotidienne nous a permis de réaliser le parcours en 9 jours.
De Locquirec à la pointe du Raz, nous n'avons pas utilisé nos voiles, pas de vent ou petit vent contraire.
Ensuite, quand nous avons navigué vers l'est pour rejoindre le Pouldu, nous avons eu quelques sessions de glisse sous voile, par vent de secteur ouest.
Sur cette randonnée, j'ai battu mon record de vitesse avec mon Explore M : le GPS a indiqué une vitesse maximale de 14,1 noeuds, en bénéficiant du vent, de la voile et de la houle favorable.
Ce parcours, imaginé par Jef, fut un excellent exercice de navigation. L'atlas des courants de marée était notre bible quotidienne.
Notre groupe a superbement fonctionné, pas un moment de tension ni de discordance, de beaux moments d'amitié autour d'une même passion.
J'avais emporté de quoi tenir 10 jours en autonomie, les différentes rencontres m'ont fait ramener de la nourriture, et nous aurions pu continuer notre parcours au-delà du Pouldu, mais la fin des congés approchant, il était plus raisonnable de s'en tenir au plan prévu.

Sur les 9 jours, nous avons parcouru 200 milles, et sommes restés 57h05 dans nos kayaks :

Tourduf en kayak de mer : des îles Glénan au Pouldu (9/9)

A raison de 3500 coups de pagaie à l'heure (estimation), nous avons effectué 199 500 coups de pagaie lors de ce périple.

Je dois dire un grand MERCI à Jef, qui a imaginé ce projet, et bien sûr à Jean.
Ces deux compagnons m'auront fait vivre une aventure que je ne suis pas prêt d'oublier !

MERCI à Martine, Christian et Hervé, nos amis nazairiens qui nous ont bien entrainés en mars dans le golfe du Morbihan et à Quiberon et en juin autour des îles Dumet, Hoedic et Houat.

Cette aventure fut aussi belle par les rencontres que nous avons faites...
MERCI à ...
Danièle, qui nous a encouragé au départ de Locquirec,
Jean-Marc et Josée pour les bons moments passés sur l'île de Sieck,
Jacques, pour son partage d'expérience et son ravitaillement, sur l'île de Stagadon,
Marie-Pierre et Eric, les kayakistes nantais devenus voileux, sur l'île de Molène,
Didier et Bernard, nos compagnons de route dans l'archipel de Molène,
Pierre, pour son accueil à l'île de Sein,
Jean-Yves, sa maman, et Nicole, pour cette rencontre surprise sur l'île de Sein,
Didier-Marie, pour son accueil, et son univers, sur l'île de Sein,
Mikkel Theglev et sa compagne, le couple de danois rencontré dans le Raz de Sein,
Yvette, Annick, Robert, Paul, Stéphane, Emma, Samuel et les amis de Plouhinec, pour leur accueil et leur gentillesse.
Jacques, pour son agréable compagnie à Penmarc'h,
nos voisins de camping, pour les palourdes offertes, à Penmarc'h,
Margot, la gardienne des oiseaux, sur l'île aux Moutons,
Vincent, pour la photo souvenir, au Pouldu,
Robert et Bernadette, pour la conclusion bien agréable, au Pouldu,
ainsi que tous les anonymes, curieux, et interrogatifs, sur mer où à terre, avec qui nous avons partagé notre histoire.

Le kayak est vraiment un sport extraordinaire : il nous permet de naviguer dans des sites magnifiques, d'admirer la nature et toute sa beauté (flore, dauphins, phoques, oiseaux, etc...) et facilite largement l'échange et le partage.
C'est sans doute pour cela que nous en sommes dingues !
Vive le kayak !

Publié dans Rando Bretagne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jef 25/09/2016 08:23

Merci Pascal, pour tes comptes rendus qui font ressurgir tant de bons souvenirs, merci pour tes belles photos et celles de Jean (j'aime bien la lanterne du phare de Penfret dans l'organeau de l'ancre). Qu'est-ce que c'était bien !

Jean 22/09/2016 16:45

Merci Pascal pour tes compte rendus fidèles et précieux qui nous permettent de garder tous les détails de nos " aventures " . Merci à Jef de nous avoir motivé pour ce périple finisterien . VIVE le KAYAK !

Paul 20/09/2016 22:38

Une magnifique histoire de marins. Bravo à vous trois et merci tout particulièrement à toi pascal pour nous avoir fait partager votre expédition.

Pascal 24/09/2016 21:16

Merci Paul. Le but est effectivement de partager les expériences...et de m'en souvenir !
Je te souhaite de vivre de telles aventures. Je ne doute pas que tu nous accompagneras pour les prochaines quand tu seras plus disponible.