Brest - Douarnenez : les Tonnerres de Brest 2012

Publié le par yanike-kayak

Rando kayak Brest 2012 - 18 et 19 juillet 2012

Organisée par le Comité Départemental du Finistère, cette rando kayak nous permet de participer à la fête des Tonnerres de Brest et de naviguer vers Douarnenez avec la grande parade des vieux gréements.
 

L'album photos Brest 2012 est consultable ici (et dans la rubrique Albums Photos)

 

Mercredi 18 juillet : du port du Moulin Blanc à Goulien.

Distance parcourue : environ 24 miles nautiques.Carte-Jour-1.JPG

Les 24 kayakistes et les 2 zodiacs accompagnateurs partent du Moulin Blanc à 8h45.Brise-Glace.jpg

Après avoir longé le port de commerce, notre première rencontre dans la fête est le brise glace russe Saint Petersbourg, d'une longueur de 114 m.Quatre-mats.jpg
Nous naviguons ensuite autour des plus grands voiliers présents, les quatre mâts barque russes Sedov et Kruzenstern.Sedov-copie-1.jpg

JR-Tolkien.jpg
Le JR Tolkien est une goélette à hunier néerlandaise construite en 1964.
Connu sous le nom de Dierkow durant son époque « Transport de marchandises », c’est un petit remorqueur brise-glace qui écume les mers du Nord, défie les glaces et gonfle ses voiles aux creux de la Baltique. Il est laissé à l’abandon pendant une trentaine d’années. Racheté en 1996  par la famille Van der Rest, puis restauré, il retrouve sa dignité sous les traits d’un navire de croisière.
Cette luxueuse goélette peut transporter 90 passagers pour une journée de mer. Le salon principal peut recevoir 50 personnes.
Pedro Doncker
Pedro Doncker
est un ancien chalutier, construit en 1974, converti en 1993 en navire mixte de croisière à voile et à moteur. Sa capacité est de 32 personnes en croisière, avec un équipage de 4 personnes. Il navigue surtout en mer du Nord et en Baltique (Pays-Bas et Allemagne)


Oosterschelde.jpg
L’Oosterschelde a été construit aux Pays-Bas en 1918.
Comme un cargo, le bateau pouvait porter environ cent tonnes de cargaison : de l’argile, des briques et du bois le plus souvent, mais aussi du hareng salé, des pommes de terre, de la paille et des bananes. En 1921, le bateau a été vendu au capitaine Kramer. Dès lors, l’Oosterschelde a navigué le long des côtes européennes et parfois même jusqu’en Afrique.

Etoile-du-Roy.jpg
Etoile du Roy
est une réplique d’une Frégate corsaire Malouine de 1745. Ce navire 3 mâts de 310 tonneaux avec 240 hommes d’équipage était armé de 20 canons. Etoile du Roy est le second plus grand navire traditionnel français.

Abeille-Bourbon-copie-1.jpg
L’Abeille Bourbon est un remorqueur d'intervention, d'assistance et de sauvetage (RIAS), long de 80 mètres avec une force de traction de 200 tonnes et une puissance de 21740 chevaux.
Il est basé à Brest depuis 2005 et assure la sécurité du rail d'Ouessant.

Cap-Sizun.jpg
Construit entre 1990 et 1991, Cap Sizun est une copie conforme d’un bateau du début du XXème siècle, traditionnellement appelé canot cul-de-poule en pays capiste.
En 1911 on débarquait, en été, plus de cent tonnes de homards et de langoustes à Audierne.
Les bateaux capistes allaient régulièrement en Espagne et au Portugal. Leur particularité était de comporter un réservoir étanche, aménagé dans un compartiment et communiquant avec la mer.

Belem.jpg
Le Belem est le plus grand voilier français naviguant. C'est aussi un des plus anciens des grands voiliers : il a 116 ans en 2012. Et, sur ces 116 ans, il n'aura été hors d'état de naviguer qu'une trentaine d'années et est sans doute un des navires qui ont le plus de milles à leur actif.

Biche.jpg
Biche est le dernier thonier à voile de l'île de Groix. Ce bateau est le témoin unique d'un pan majeur de l'histoire de la pêche en Vendée et Bretagne Atlantique, resté très présent dans les mémoires puisque la pêche au thon à la voile ne s'est éteinte qu'à la fin des années 40. Construit en 1933 aux Sables pour le patron Ange Stéphan de Groix, il a eu la chance d'une deuxième vie à la plaisance sous pavillon étranger avant de revenir en France où il se mourrait dans une vasière. L'association "Les Amis du Biche", a réussi à sauver ce bateau magnifique de 21 mètres de longueur.

ND-Rumengol.jpg
Notre Dame de Rumengol est une gabare (transport de fret) gréée en dundée de 22 mètres de long. Construite en 1945 au chantier Keraudren de Camaret, elle transporte à ses débuts du bois, du vin entre l’Algérie et Port Vendres, des oignons en Angleterre, du sel de Noirmoutier et se spécialise par la suite dans la "pêche au sable".
L’équipage du "Notre Dame de Rumengol" puisait le sable au fond de l’eau à l’aide d’une benne appelée crapaud, le déposait dans l’immense cale de la gabare et le déchargeait sur les quais.

Colombus
Columbus est le Navire Ambassadeur en Europe de la célèbre Sea Shepherd Conservation Society, une ONG qui s’oppose au massacre des baleines, des requins, des phoques et des dauphins mais aussi au braconnage du thon rouge.

Renard
Le Renard
est une réplique du dernier bateau armé en 1812 par le corsaire malouin Robert Surcouf (1773-1827). Ce cotre à huniers fait partie du patrimoine de la ville de Saint-Malo. Armé de 10 canons, Le Renard est un témoin emblématique de l’histoire de la cité corsaire.


Sortie port
Nous accompagnons les voiliers qui sortent du port.Sortie-por-2t.jpg

Porzic.jpg
Nous naviguons jusqu'au phare du Porzic, avant de traverser le goulet vers la pointe des Espagnols.
Le courant nous porte vers le large, le vent est à l'ouest.Pause-Camaret.jpg
Après la pointe des Capucins, la mer est plus formée, la marée est montante. La navigation devient plus engagée et nous sommes contents de faire une pause pour pique-niquer, vers 14h30, à la plage du Corréjou à Camaret Sur Mer.
Le parcours vers la plage de Goulien, destination finale de cette première journée, en passant les pointes de Toulinguet et de Pen-hir, s'annonce très physique, au regard des conditions météo.
Onze kayakistes téméraires décident de poursuivre, tandis que les autres restent à Camaret, attendant que Jean-Paul ramène un véhicule et une remorque.

Camping-Goulien.jpg
Tout le monde se retrouve au camping de Goulien en fin de journée. La soirée se termine par un repas de pizzas fraîches dans la salle de télévision.
La fatigue d'une journée bien dense aidera chacun à trouver les bras de Morphée.

Jeudi 19 juillet : de Goulien à Douarnenez (port de Tréboul)

Distance parcourue : environ 21 miles nautiques.Carte-Jour-2.JPG

Tas-de-Pois.jpg
Nous partons de la plage de Goulien vers 9h30, et traversons l'anse de Dinan, laissant les Tas de Pois à tribord.
Marc et Jean-François, ainsi que Jean-Paul et Alain, nous ont rejoint sur leurs zodiacs.
Après la pointe de Dinan, nous mettons cap au sud, en longeant la côte.
Nous faisons une pause devant l'île de Guénéron, devant la plage de la Palue, puis nous poursuivons vers le Cap de la Chèvre.
Nous commençons à distinguer les premiers bateaux de la grande parade, qui naviguent de Brest à Douarnenez.

Cap Chèvre
Le public commence à affluer sur le Cap de la Chèvre, près du sémaphore.Pique-nique-sur-l-eau.jpg
En attendant la flotte, nous faisons un radeau avec les zodiacs, et nous pique-niquons sur l'eau.
Nous intégrons la parade, et nous traversons la flotte.
Le spectacle offert par tous ces bateaux sous voiles est magnifique.
Nous croisons la goelette à trois mats Loth Lorien, les Pen Duick, le Belem, l'Abeille Bourbon, l'Etoile du Roy, le Corbeau des Mers, et bien d'autres encore, grands ou petits...
Nous naviguons aussi avec le Joshua, le bateau mythique de Bernard Moitessier avec lequel il a participé à la première course autour du monde en solitaire et sans escale en 1968. En fait il a alors réalisé un tour et demi du monde, "pour ne pas perdre son âme".Parade-1.jpg

Parade-2.jpg

Parade-3.jpg

Parade-4.jpg

Parade-5.jpg

Parade-6.jpg

Treboul.jpg
Nous arrivons au port de Treboul vers 17h00. Les quais sont noirs de monde.
Une fois débarqués, des spectateurs nous rejoignent pour nous questionner sur notre aventure, tous surpris de nous avoir vu à Brest ou au Cap de la Chèvre, et maintenant à Douarnenez..
Après avoir récupéré les véhicules à Brest et chargé notre matériel, nous nous quittons avec le sentiment d'avoir vécu des moments vraiment exceptionnels.
Un grand merci à Marc, Jean-Paul, Jean-François et Alain, qui ont assuré "du tonnerre" pendant ces deux jours.

Brest - Douarnenez : les Tonnerres de Brest 2012

Publié dans Rando Bretagne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Loïc Bertho 25/09/2012 12:41

Superbe, Pascal & Armelle! Pour le blog et cette nav du Tonnerre! (j'ai vu Yann à Quimper qui m'a passé le lien - content de te savoir à nouveau sur l'eau, Pascal!)