De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)

Publié le par yanike-kayak

De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan !)

Samedi 13 avril 2019

Les photos non signées Pascal J - Yanike Kayak sont de Jean Drouglazet.


Ce week-end, nous avions prévu d'aller bivouaquer sur les Glénan, afin d'admirer le fameux narcisse.
Vendredi soir, la météo annonce un vent de sud-est de force 4, on se dit que c'est jouable.
Le rendez-vous est fixé ce samedi matin à 10h00 à la pointe de Mousterlin.
Jean-Yves, Jean-Jacques, Olivier, Jean Drou, Annick et moi-même constatons que le vent est déjà bien présent.
La météo ce matin annonce une situation dégradée par rapport à hier, plus de vent et de la pluie entre 6h00 et 15h00 dimanche.
Nous renonçons au bivouac, et décidons de partir vers les Moutons. Nous aviserons ensuite.
Nous mettons à l'eau côté ouest, à l'abri de la cale.
Nous partons vers 10h40.

De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)

Après avoir passé la cale, le vent nous déporte à l'ouest.
Nous remontons vers la balise la Vache.
Jean-Jacques a du mal à tenir le cap, problème de chargement de kayak et de dérive.
Il préfère éviter de partir en force, au risque de se blesser et d’impacter la navigation de tout le groupe.
Il décide de faire demi-tour.
Nous poursuivons donc la route à cinq.

De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)

Un peu avant le tiers du parcours vers les Moutons, constatant une mer qui se forme de plus en plus et un vent forcissant, j'estime que la sécurité minimale est de moins en moins assurée.
Je propose à mes ami(e)s de renoncer aux Moutons et de faire demi-tour, pour naviguer vers la Mer Blanche.
L'avis est partagé, inutile de prendre des risques.
Nous mettons donc le cap vers la côte, puis la Mer Blanche.
Houle et vent dans le dos, nous partons régulièrement sur de beaux surfs .... grisant !
Mon GPS affiche une vitesse maxi de 9 noeuds.

De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)

Nous arrivons à la pointe Saint Gilles et rentrons dans la Mer Blanche.

De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)

Nous débarquons face à l'UCPA, vers 12h15.
Nous avons parcouru un peu plus de 5 milles nautiques.
Des kitesurfeurs profitent des belles conditions et du site, protégé de la houle du large.

De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)

Nous pique-niquons à l'abri du vent.
Ce n'est pas les Moutons, mais nous profitons du bon air et du soleil.

Le vent a encore forci.
Nous décidons de rentrer vers Mousterlin.
Dans la Mer Blanche, la mer est plate, nous sommes protégés de la houle ...

De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)

Quand nous revenons vers l'océan, nous constatons la forte houle et le vent établi, avec des rafales à 5 -6 beaufort.

De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)

Derniers instants de calme ....

De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)

... avant d'affronter les vagues, le vent et la houle, qui seront de face sur la route vers Mousterlin.

De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)

Nous restons concentrés sur la navigation, le vent de face nous oblige à tirer ou pousser plus fort sur les pagaies ...

De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)
De Mousterlin à la Mer Blanche (à défaut des Glénan)

Nous arrivons à Mousterlin, et nous débarquons à l'abri de la cale.
Nous ramassons notre matériel, et partageons le thé et les gâteaux.
Nous n'avons pas navigué aux Glénan comme prévu.
Nous avons dû renoncer aux Moutons.
En constatant l'évolution météo, nous n'avons pas à avoir de regrets.
Cette navigation a été un peu physique, ce fut un bon entraînement dans les vagues et le vent.
Ce n'est que partie remise...

"La responsabilité du marin est d’anticiper les risques, savoir renoncer à une sortie lorsque les conditions sont défavorables fait aussi partie de cette responsabilité.
Mettre en danger des vies, mais aussi parfois celles des secouristes bénévoles, à cause de conditions météo mal évaluées, n’est ni sage, ni courageux !"
(source : www.marinbreton.com)

Vive le kayak !

 

Publié dans Rando Bretagne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article